Table des matières


Donneriez-vous votre corps à la science?

Cette question posée récemment dans un journal m’a interpellée. Elle faisait référence aux dons d’organes et aussi au fait qu’une personne peut décider de donner son corps à la science, après sa mort. En lisant cet article, j’ai eu cette pensée. «Avant de donner son corps à la science, n’est-il pas plus important de le donner à la vie qui nous le rendra au centuple, en terme d’énergie et de bonne santé globale? »


Beaucoup de personnes sans s’en rendre compte parce qu’elles font confiance aux médecins qui prescrivent et qu’elles ne posent pas assez de questions, donnent leur corps à la science des « molécules pharmaceutiques »!Cela m’attriste profondément. Une partie des tests sur les médicaments est faite avant la mise en marché, mais l’autre partie est faite sur le vif. Des personnes déjà souffrantes constituent un terrain de prédilection peu coûteux, pour les compagnies pharmaceutiques. Encore récemment, une personne que j’ai rencontrée en consultation et qui souffrait de douleurs chroniques depuis plusieurs années en lien avec un zona s’est vu prescrire un antipsychotique! Ce qui est inacceptable et lui a fait beaucoup de tort!


Guy Hugnet, journaliste indépendant spécialisé dans les enquêtes scientifiques a écrit plusieurs livres sur les médicaments psychotropes. Suite à une enquête lors de laquelle il a soumis à la critique d’experts diverses ordonnances, il a avisé le grand public en précisant que les antidépresseurs, les tranquillisants, les somnifères et les neuroleptiques, ce qui inclue les antipsychotiques sont la cause de beaucoup d’effets secondaires. Il a fait un travail minutieux durant deux ans et a interviewé des toxicologues, des familles, des témoins proches des personnes affectées par ces effets secondaires, des procureurs entendant les témoignages de ces victimes, des avocats, des médecins qui ont accepté de parler. Il en est résulté que plusieurs effets secondaires peuvent se manifester. Vous me direz que ce n’est jamais sur 100% des personnes, mais qui souhaite être atteint de tendances suicidaires à cause de la prise de ces médicaments ou encore devenir agressif au point de causer un homicide? Ajoutons à cela, les possibilités de confusion mentale, d’altération du cerveau (troubles de la mémoire, maladie d’Alzheimer), de chutes, d'accidents de la route et d'accidents au travail à cause d’une diminution de l’attention, de désinhibation et de dépersonnalisation.


Les psychotropes engendrent de la violence ou encore un brusque sevrage peut en être la cause. Le journal britannique The Lancet a rapporté que des patients sont devenus des meurtriers après avoir arrêté de prendre des antidépresseurs. Pendant la prise ou après, il y a souvent des risques! Il est nécessaire d’avoir une approche globale pour aider ces dépressifs qui ont un urgent besoin d’approches comportementales, d’une bonne nutrition, afin d'éviter l'hypoglycémie, de diverses supplémentations entre autres en Oméga 3, en vitamines du complexe B et en magnésium. Ils ont besoin de grand air, d’exercices et de cette connaissance essentielle qui est, celle des valeurs véritables en lien avec la pureté, l’amour et la justice.
« La psychiatrie a popularisé l’idée que les psychotropes, la psychanalyse et les autres traitements psychiatriques permettraient de mener une vie plus heureuse. »Source : Psychiatrie la vérité sur ses abus, présenté par la Commission des citoyens pour les droits de l’homme. Judy Garland actrice bien connue, a été une de ces victimes et croyez-moi, la liste de ces victimes est longue!


L’humain n’est-il que la somme des neuromédiateurs de son cerveau? Certes non. Gardons donc loin de nous cette appellation très discutable de « l’homme neuronal » et n’oublions jamais que le cerveau n’est pas la conscience. Le cerveau utilise la conscience. « Il faut relocaliser la notion de conscience. » a affirmé Pim Van Lommel, cardiologue Hollandais après avoir reçu les témoignages de plusieurs patients ayant vécu une EMI qui est une expérience de mort imminente, suite à un arrêt cardiaque. Ils avaient vécu lors de leur « sortie de corps », une expérience d’une telle intensité et d’une telle clarté que leur vision de l’existence en fut modifiée à tout jamais!


Bref ces médicaments devraient être utilisés avec beaucoup de parcimonie, car, ils peuvent être à la source de désordres profonds. Chez les jeunes, ils constituent dans bien des cas de grands perturbateurs. Pensons aussi aux personnes âgées trop souvent victimes d’interactions médicamenteuses source de chutes ou de confusion mentale,causes de fractures et de longues hospitalisations, voire de mort dans certains cas.

En conclusion, donnons avant tout notre corps à la vie, avant de le donner à la science, de toutes nos forces et ce en toute connaissance de cause, afin de célébrer cette vie et de l’honorer!

Retour à la table des matières


Rencontre avec Kim Bui, la cinquième gagnante du concours "Qualité de vie"

J’ai eu la grande joie de rencontrer Kim Bui, fidèle auditrice de notre radio web à l’Espace Santé Beauté de Laval. Cette douce et sensible fleur originaire du Vietnam enracinée en sol québécois, depuis de nombreuses années, a dans la voix une mélodie occidento-asiatique qui plait à l’oreille. Kim qui participe à chaque mois à notre concours a été l’heureuse gagnante d’un panier d’une valeur de 250.00$ d’Essences de fleurs de Bach.
Kim a une sensibilité à fleur de peau et elle été très affectée il y a quelques années, par le décès de son chien de 12 ans Max, un Lassa-Apso. Le deuil a été très difficile. Une grande blessure s’est inscrite dans son âme et six mois plus tard, dans son corps. C’est alors qu’on lui diagnostiqua un cancer du sein


Kim sera beaucoup aidée par les remèdes vibratoires de la thérapie florale des Essences de fleurs de Bach tel que Star of Bethléem (choc), Mimulus (peur), Rock rose (panique) et le Rescue (remède d’urgence).Elle nous l’a d’ailleurs mentionné lors d’une entrevue à Santé en direct le dimanche 13 mars dernier. Elle fera certainement découvrir la thérapie florale à sa famille et ses amis(es). Cette thérapie a été développée au début du siècle passé par Edward Bach, médecin bactériologiste, sensibilisé aux travaux homéopathiques de Hannemann. Le Dr.Bach trouva dans la rosée des fleurs sauvages et des fleurs d’arbres, des substances exceptionnelles pouvant venir en aide aux gens perturbés émotionnellement. Ses recherches ont été grandement motivées par le dégoût qu’il avait des électrochocs dont étaient victimes les patients souffrant de maladies mentales ou encore d’autres qui subissaient des trépanations.


Toutes nos félicitations à cette chère Kim devenue ambassadrice de notre radio web. Pour elle nous dit-elle, cette radio est un véritable cadeau! Kim est aussi pour nous un cadeau! Spiralo notre mascotte lui a même concocté un message particulier que l’on peut entendre sur la radio web où il est question de sa fleur préférée, la fleur de cerisier qui parfuma ces jours au Vietnam!


Mon mari Louis-Gilles, rédacteur en chef de notre bulletin et moi-même avons donc été très heureux de rencontrer Kim ainsi que son mari Serge qui apprécie beaucoup m’a-t-il dit les bulletins de nouvelles de notre radio web." C’est très différent que ce que l’on entend ailleurs! » a t- il certifié avec le regard clair de celui qui entend enfin de véritables informations!


Johanne Verdon

Retour à la table des matières


L'Académie en ligne de Johanne Verdon


En 1983, Johanne Verdon à l'âge de 33 ans, publia au Québec le livre: Soigner avec pureté qui devint rapidement un best-seller. Ce livre qui s'adressait surtout aux femmes et aux infirmières, mais aussi aux hommes laissa une empreinte indélébile sur celles et ceux qui en prirent connaissance, car en plus de s'en tenir aux causes physiques et psychologiques des maladies et de transmettre son expérience des soins à donner, dans la vie de tous les jours, il tenait compte pour une rare fois dans ce genre d'écrits, de l'élément spirituel non seulement dans les causes, mais aussi dans les soins à donner à une personne. L'édition de ce bouquin étant épuisée, plusieurs aimeraient bien pouvoir le lire, mais l'auteure n'avait pas dit son dernier mot...


Entre temps, Johanne Verdon ouvrit l'Académie naturopathique Johanne Verdon qui eut pignon sur rue à Montréal durant 10 ans et forma plusieurs naturopathes respectés(ées) qui sont encore à l'oeuvre aujourd'hui.
Suite à toutes les demandes de publier une nouvelle version du livre Soigner avec pureté, forte de l'expérience de ces belles années de tutorat à l'Académie qu'elle avait fondée avec Yvan Labelle naturopathe et surtout, des 46 années d'expérience qu'elle possède dans le domaine, ayant aidé des milliers de gens voulant trouver une alternative naturelle à leurs soins de santé, 33 ans plus tard, à l'âge de 66 ans Johanne Verdon fonde maintenant: l'Académie en ligne Johanne Verdon ND.A.


En guise de mémoire et de continuité, il est à noter que le logo de cette Académie en ligne, résultant de la créativité de Louis-Gilles Pelletier, comporte des lys blancs figure de proue de la page couverture de plusieurs réimpressions du livre Soigner avec Pureté qui déjà par son titre, en intrigua plusieurs, dont Diane Demers, une de nos ambassadrices qui suivi ainsi le fil conducteur jusqu'à l'auteur, il y a de cela plusieurs dizaines d'années. Elle travaille d'ailleurs auprès d'elle au Centre de consultation naturopathique à Montréal. "Soigner avec pureté" est maintenant devenu la devise de l'Académie en ligne. Soigner avec pureté d'intention, de considération et de moyen, voilà ce à quoi vous aspirez sans doute et qui respecte la dignité humaine!


Des cours à la carte pourront être suivis dans la chaleur de votre foyer, en vous enregistrant à l'Académie. Par la suite, vous aurez accès à une boutique en ligne sécurisée, afin que vous puissiez les télécharger.
Voici la liste des premiers cours de l'Académie en ligne Johanne Verdon ND.A qui seront offerts par le biais de la boutique en ligne sur le site johanneverdonmedia.net

Ces cours correspondent à de grands besoins. Johanne Verdon a préparé des cours audio dans le but d'aider les personnes en quête d'une amélioration de leur santé et de leur qualité de vie, à acquérir encore plus de connaissances. Au fur et à mesure de ces cours, Madame Verdon vous livre le fruit de son expérience et vous fait part de quelques découvertes thérapeutiques qu'elle a faite au cours des ans.
Vous pouvez connaitre le descriptif des cours et remplir dès maintenant votre fiche d'inscription, en écrivant à: academie@johanneverdonmedia.net

Chaque cours audio est d'une durée de 1 1/2 h.


1) L'alimentation Aspirine(essentielle dans notre monde assailli par les caillots et l'agitation)
2) Dépression, anxiété, burnout (vision thérapeutique de Johanne Verdon)
3) Les fleurs de Bach, les choix de Johanne Verdon (dépression, anxiété, burnout)
4) Les fleurs de Bach, les choix de Johanne Verdon (bébés, enfants, adolescents, personnes âgées, animaux)
5) Les boucliers émotionnels et les fleurs de Bach (notions propres à Johanne Verdon)
6) Les douze sels biochimiques essentiels à la vie(trousse de premiers soins recommandée par Johanne Verdon)
7) Glaucome, le prévenir et l'atténuer(vision thérapeutique de Johanne Verdon)
8) Les maux de tête (les diverses racines et visions thérapeutiques de Johanne Verdon)
9) Fortifier l'immunité des enfants en garderie

Pour connaitre le descriptif des cours, leurs coûts et vous inscrire, afin de faire partie de la cohorte des super étudiantes et étudiants, écrivez sans tarder à : academie@johanneverdonmedia.net
 

Retour à la table des matières


Agnès Millet, ambassadrice de la Radio Web Santé Beauté Johanne Verdon, en France.
Il y a environ 30 ans, j'ai fait la connaissance de Johanne Verdon et j'ai participé à la diffusion de ses livres en Europe. L'un d'eux, intitulé " Soigner avec pureté " est sous-titré : " les femmes ont un don pour soigner ". Cela m'avait interpellé, d'autant plus que je m'intéressais à la médecine naturelle depuis l'adolescence. Je souhaitais soigner ma famille d'une façon naturelle. Ce titre m'a incité à poursuivre mon apprentissage et mes expériences dans ce sens.
Mon parcours a été très différent du sien, car je n'ai fait aucune étude médicale. À chaque fois que j'ai voulu suivre des cours, étudier avec une personne compétente, bénéficier de l'expérience d'autrui, il y avait toujours un obstacle qui m'en empêchait. J'ai fini par admettre que je devais suivre mon chemin toute seule et découvrir par moi-même ce qui pouvait être utile à une simple femme au foyer souhaitant aider sa famille dans le domaine de la santé naturelle.


J'ai appris et expérimenté tout au long de ma vie : à reconnaitre les plantes médicinales dans la nature, à les récolter pour les tisanes, à préparer des teintures, des pommades avec elles.
J'ai aussi beaucoup expérimenté l'emploi de l'argile et je suis favorable à l'ethno pharmacopée, comme le préconise Jean-Marie Pelt, c'est-à-dire l'utilisation des plantes qui poussent là où l'on vit et l'emploi des remèdes ancestraux. D'ailleurs, Johanne Verdon recommande le bois de velours du wapiti qui vit au Québec ! Dans chaque pays du monde, la nature donne en abondance aux humains les fruits, les légumes et les plantes dont ils ont besoin pour se nourrir et se soigner. La première médecine ne commence-t-elle pas par la nourriture que l'on absorbe ? D'où l'importance des naturopathes comme Johanne Verdon qui agissent dans ce sens.
La mode - et certains intérêts - ont fait croire aux Occidentaux que des plantes exotiques du bout du monde étaient les meilleures tandis que l'on pousse à la consommation de médicaments " modernes " soi-disant efficaces, dans les pays pauvres ! Il est temps de retrouver la logique et le bon sens.

En menant une vie saine et harmonieuse, peu de maladies sont venues toucher ma famille. D'ailleurs, ma fille n'a fait connaissance avec le médecin qu'à l'âge de 15 ans lorsque son lycée a exigé des vaccinations. Cependant, je constatais que bien des maladies graves, voire mortelles, touchaient les gens et je voulais les aider. Je me suis rendu compte que les soucis et problèmes de plus en plus nombreux avaient une influence sur la santé. Et c'est donc sur la gestion des émotions qu'il fallait travailler, ce que fait d'ailleurs Johanne Verdon en consultation.
Je pense que bien des femmes devraient utiliser leur don pour soigner leur famille, à la fois en utilisant les éléments que nous prodigue la nature et en conseillant chaque membre de famille malade pour qu'il se tourne vers des thérapies naturelles et ne causant aucun tort.


Pour y parvenir, il faut " se former " et " oser " se lancer.
J'ai beaucoup appris, pour me former, en consultant des livres. Quant à "oser" se lancer, ce n'est pas toujours facile !


Une " histoire de vie " à contribué à affermir ma confiance dans ce sens.
Une nuit, ma fille de trois ans s'est réveillée en criant, se plaignant de douleurs vives au ventre. J'étais seule, mon mari étant en déplacement professionnel à l'étranger avec notre voiture, je n'avais pas de téléphone, c'était l'hiver, il y avait un mètre de neige et les plus proches voisins habitaient à 200 m. Je ne me voyais pas affronter le froid, la neige avec un bébé en pleurs dans les bras pour réveiller les voisins et le médecin ! Je devais trouver la solution moi-même. Alors, j'ai demandé intérieurement de l'aide. Et soudain m'est revenue en tête une phrase que j'avais lue un jour : un massage à l'huile de millepertuis calme les douleurs des bébés qui ont mal au ventre. J'ai donc massé mon enfant avec l'huile, elle s'est calmée et s'est endormie.
Cette expérience m' a profondément marquée, j'ai su que je pouvais trouver une solution, même dans des circonstances difficiles, je devais " oser " agir et ne pas être entièrement dépendante du médecin

.
Il faut développer cette confiance pour les petits soucis de santé, mais ça ne signifie pas non plus être obtus et il faut consulter des thérapeutes pour les circonstances graves !
Autrefois, le savoir et les méthodes de santé se transmettaient de mère en fille. Ce n'est plus le cas de nos jours, tout a changé et bien des gens se rendent au service des "urgences" à l'hôpital pour le moindre bobo !
Mais en se formant aux soins naturels, les femmes ne pourraient-elles pas devenir les "infirmières de leur foyer"? Je partage le fruit de mes découvertes et expériences sur les pages d'un site Internet " sos-detresse.org " qui s'adresse aux gens qui veulent se soigner autrement qu'avec les médicaments conventionnels, qui vivent dans des pays pauvres ou dans la pauvreté. On peut y trouver les conseils pour se soigner avec l'argile ou le chou par exemple, préparer soi-même des teintures et des huiles à base de plantes, étudier une technique simple pour gérer ses émotions, découvrir la méthode du Dr Hamer contre le cancer et des conseils divers.


Johanne Verdon, qui est une véritable encyclopédie sur les soins naturels grâce à son expérience de 46 ans, partage son savoir depuis 23 ans à travers ses émissions "Santé en direct". Depuis la création de sa radio web, elle a considérablement élargi sa diffusion si utile et secourable.
Et maintenant, elle a décidé de proposer ses précieuses informations sous une forme que l'on peut conserver en archives grâce à l'Académie qu'elle a fondée. C'est une formation de qualité et d'une grande utilité qu'elle met à la disposition de celles et ceux qui veulent prendre soin de leur santé et de celle de leurs proches grâce à des méthodes respectueuses de l'individu : des conseils alimentaires adaptés, des produits naturels efficaces et sans effets secondaires, une hygiène de vie visant à rétablir le bon fonctionnement du corps.
Profitez de cette occasion de vous former en découvrant l'Académie en ligne Johanne Verdon ND.A et surtout mettez en pratique ces conseils dans votre vie !
J'ai vraiment à cœur que les femmes développent le "talent" qui sommeille en elles et ne demande qu'à s'épanouir, ce "don pour soigner". L'un des plus grands biens que l'on puisse posséder n'est-il pas la santé ? Chaque femme peut y contribuer, il suffit qu'elle en prenne la décision et l'aide ne lui manquera pas pour y parvenir.

Agnès MILLET

Encore une dernière suggestion : J'ai proposé au site SOS-DETRESSE.org de faire connaître la radio Web Santé Beauté Johanne Verdon et une page a été créée dans ce sens. Si vous avez vous-même un blog, un site ou des connaissances qui en ont un, pensez à faire ajouter une page web ou un lien vers la radio de Johanne Verdon !


Retour à la table des matières


Johanne: Cassandra les énergies du printemps me font penser au gingembre, cette merveilleuse épice de la famille du curcuma qui réveille nos papilles et notre estomac!
Le gingembre peut être intégré en tandem avec le curcuma dans un smoothie, avec de l'huile d'olive, un peu de poivre et divers légumes. Une base d'eau de coco biologique permettra de bien amalgamer le tout.

Cette eau est alcaline et porteuse de minéraux. Plusieurs légumes valent leur pesant d'or pour améliorer l'équilibre acido-basique de l'organisme et par conséquent protéger les articulations et les nerfs.

Que penses-tu des valeurs thérapeutiques du gingembre et de ce qu'il peut apporter comme bénéfices pour la santé des gens qui te rencontrent en orthothérapie et lors de massages thérapeutiques pour des traitements?

Cassandra: Et bien Johanne, je crois que le gingembre est une racine extraordinaire et très puissante!
Je rencontre fréquemment des gens en consultation qui ont des troubles digestifs et il m'arrive de conseiller de la tisane de gingembre pour alléger ce type d'inconfort.

Amalgamé à des traitements de décongestion ventrale et de réflexologie plantaire, on peut souvent diminuer les problèmes stomacaux, intestinaux et hépatiques.

En plus de tout cela, cette super racine a des pouvoirs anti-inflammatoires! Elle agit donc de façon bénéfique pour combattre les douleurs reliées à l'inflammation.

Je conseille fortement à tout le monde de se laisser apaiser par le goût chaud et prononcé du gingembre...ce merveilleux aliment!

Johanne: Le gingembre est connu depuis 5,000 ans dans divers pays pour ses vertus culinaires et ses propriétés thérapeutiques .Nous en sommes bien conscientes toutes les deux. Il aide aussi à lutter contre la fatigue.

Ce merveilleux rhizome contenant deux substances dignes de mention, le shogaol et le gingérol donne du pep dans le soulier! C'est aussi le remède anti-nausée de la nature et un excellent régulateur intestinal.
J'ajoute que puisque cette merveilleuse racine aide à fluidifier le sang, il ne faut pas en ajouter à son alimentation ou en préparer en décoction ,7 jours avant et après une chirurgie.

 

Retour à la table des matières


Depuis la nuit des temps, les sorcières avisées, ainsi que les plus maladroites, utilisaient avec élégance, des plantes médicinales et autres ingrédients de tout acabit pour envoûter leurs sujets. Outre la bave de crapaud et les queues de souris, leurs élixirs contenaient des infusions fumantes de racines astringentes, des baies séchées ainsi que des feuilles et des herbes tanniques aux propriétés soporifiques et hallucinogènes. Souvenez-vous de la célèbre racine de mandragore, qui fit les délices des apprentis sorciers de la non moins célèbre école de sorcellerie de Poudlard.

Cette racine, comme bien d’autres, ne pouvait être utilisée qu’à dose homéopathique pour éviter des résultats fatals. Mais les sorcières n’étaient pas bêtes; elles connaissaient le secret du goût de leurs potions magiques dont l’efficacité se mesurait à l’intensité des grimaces de leurs infortunés goûteurs qui, sous le joug du sortilège, étaient soumis contre leur gré à de sombres rituels ancestraux. La grimace annonçait superbement la force des principes actifs des ingrédients de qualité, reconnaissables par leur amertume si prisée.

Le monde fantastique des sorcières semble avoir disparu, emportant dans ses grimoires les sages enseignements des saveurs amères. Il y a belle lurette qu’on utilise plus la bave de crapaud, qui a été remplacée par l’infect aspartame et l’odieux glutamate monosodique dit GMS ou E621, de même que les jolies queues de souris, qui se sont transformées au cours des dernières décennies en gélatine de graisse de porc hydrogénée, l’une des plus hideuses et nocives matières premières, qui entre dans la composition de la plupart de nos bonbons industriels. En ces temps modernes, plus rien ne doit heurter nos papilles gustatives devenues amnésiques. Car les goûts ayant la cote ont été redéfinis en douce par une industrie agroalimentaire de masse, obnubilée par la seule recherche du profit au détriment de la santé et de la dignité humaine. Toujours plus de sucre, de sel, d’aigre-doux, d’additifs chimiques! Surtout moins d’amertume, que l’on présente sournoisement comme une imposture du palais dont on entretient jalousement et insidieusement l’inculture organoleptique par des parades publicitaires sans vergogne.

Mais ces voies d’évitement sont douteuses. Serions-nous piégés par le formatage contemporain des saveurs au point d’en être prisonniers? Pas tout à fait. Les sorciers étoilés de la cuisine, tels les Bocuse, Ducasse et Robuchon de ce monde, ont compris que la réussite gastronomique ne pouvait s’exprimer pleinement sans l’équilibre des saveurs d’un plat, et qu’il fallait réactualiser l’intérêt de l’amer dans toutes ses variations, au lieu de chercher à le masquer. Car les pigments amers d’un aliment permettent d’en rehausser la saveur, de le sublimer sur le vaste registre des gammes gustatives et aromatiques. Si on accepte de l’apprivoiser, l’amer dévoile ses fines nuances pour le plus grand bonheur du palais. Certaines plantes fortifiantes aux accents tanniques et astringents rivalisent d’intérêt par leur richesse en flavonoïdes, en glucosinolates, en terpènes et en polyphénols, des antioxydants et micronutriments précieux, si réclamés par les cellules de notre corps!

Pensons au radicchio, au rapini ou brocoli-rave, au radis blanc appelé daïkon, au radis noir, à la roquette, aux feuilles de pissenlit, aux artichauts, aux endives, aux crucifères dont les verdoyants choux kale et cavalier, à la chicorée, à la scarole, au céleri, à la rougeoyante trévise, la liste est longue! Ces pures merveilles sont des sources formidables de vitamines et de minéraux essentiels, comme le fer, le calcium, le magnésium et le potassium. De plus,les pigments amers de ces aliments d’exception, arrosés d’huile d’olive et de jus de citron, améliorent l’absorption des micronutrients et failitent la digestion. Ils purifient le sang et stimulent les récepteurs de goût sur la langue, favorisant du coup la sécrétion d’enzymes favorables au bon fonctionnement du pancréas, un organe vital, régulateur de la glycémie, ainsi que notre si précieux foie producteur de bile, liquide organique indispensable à la détoxification métabolique, à la digestion des graisses, à l’élimination du cholestérol en excès. Ce n’est pas rien que les bienfaits de l’amer!

Soyons fiers de porter à nos tables des aliments amers, variés, aux propriétés gustatives hors norme, amis sincères et fidèles de notre foie, de notre pancréas et de notre cœur. Redevenons des chamans de la haute gastronomie! Dépoussiérons le grimoire des goûts originels qui renferme le secret des grands magiciens alimentaires! Vous n’en ressortirez pas déçus ni amers…

Retour à la table des matières


Le houmous est une crème de pois chiches, une tartinade consistante.

Johanne Verdon a expliqué les nombreuses vertus des pois chiches.
Il existe une façon très intéressante de le consommer en tartinade , ou pâté végétal, donc d’en manger plus souvent qu’en simple légumineuse. Il s’agit du houmous, une recette libanaise à l’origine, mais qui se consomme beaucoup dans les pays arabes autour de la Méditerranée, en Europe.

Recette de Madame Agnès Millet:

Mettre 150 g de pois chiches secs dans un récipient assez grand. Remplir largement d’eau et laisser ainsi tremper 12 h au moins. Les pois chiches vont gonfler et augmenter de volume

Après ce temps, on a obtenu environ 350 g de pois ; il faut les égoutter, les rincer sous l’eau froide, les mettre à nouveau dans la casserole et couvrir d’eau.

Les cuire ensuite à petit feu (casserole couverte) pendant environ 1 heure. Penser à retirer l’écume qui se forme à l’ébullition. Les goûter pour vérifier quand ils sont bien cuits. Ils doivent pouvoir s’écraser sous la main. Saler l’eau seulement en fin de cuisson.

Après avoir égoutté les pois (en gardant l’eau de cuisson à part), les mettre dans un mélangeur (blender) ou le malaxeur ( mixer) afin de les réduire en miettes.

Ensuite, la crème de houmous peut être aromatisée et pour cela, faites appel à votre créativité.
Voici la liste des épices ou aromates habituellement utilisés, au choix :

La crème de pois chiche ne se conserve que quelques jours réfrigérée. Avec les proportions données, vous pourrez préparer quatre petits pots. Comme l’élaboration demande un peu de temps, il peut être avantageux de préparer une plus grande quantité et l’on congèlera une partie de houmous en plusieurs petits récipients.
Le houmous est riche en vitamine C à cause du citron, à consommer plutôt le matin jusque midi.


Si vous voulez en manger le soir, préparez votre houmous sans citron. Le houmous est riche en protéines, vitamines et minéraux. Il donne de l'énergie et de la résistance.

Retour à la table des matières


Texte de Madame Hélène Gauthier

Quel plaisir retrouvé de lire le bulletin de Madame Verdon!

J'ai connu Madame Verdon en 1984-85 par le biais d'une entrevue radiophonique à l'émission de Suzanne Lévesque . Ce fut un coup de coeur pour cette femme de gros bon sens qui présentait son premier livre « Soigner avec pureté». «Avec un titre pareil me suis-je dit, ce n'est certes pas une femme ordinaire. Je dois la rencontrer. »
Après avoir fait une recherche pour me procurer son livre, j'ai pu la contacter et avoir un 1er rendez-vous naturopathique avec elle. Ce fut le début d'une merveilleuse aventure d'apprentissage naturopathique, car, lorsqu'elle a ouvert son école de naturopathie, j'ai été la première inscrite sur sa liste de noms.

Je fus donc formée par Johanne Verdon à devenir une naturopathe de coeur, sensible au sens de la vie et aux besoins des femmes. J'ai donc orienté ma pratique pour la santé des femmes, et ce, grâce aux enseignements rigoureux de mon amie Johanne .... Ah! Oui! Mon amie Johanne! Car je ne peux omettre de vous dire qu' avec les années de travail et d'échanges ensemble, nous sommes devenues de vraies amies et telles des soeurs de coeur, nous avançons dans la vision commune des valeurs de la vie.

Bravo mon amie ainsi qu'à toute l'équipe pour ce travail merveilleux ! Et pour l'Académie en ligne! Quelle bonne idée!
Même si je suis moi-même naturopathe, je n'ai de cesse d'apprendre à travers les connaissances de votre coffre aux trésors! Vous êtes une source d'inspiration pour tout le monde, y compris les naturopathes! MERCI!

Je ne saurais quitter sans saluer mon ami Louis-Gilles qui est un soutien indéfectible pour sa douce Johanne et un remerciement de ma part pour le choix de sa belle musique qui élève l'âme.... un grand besoin dans cette époque perturbée. Merci beaucoup Louis Gilles!



Texte de Madame Jacqueline Videlier, de France

Du fond du cœur je vous transmets ce que je ressens en vous écoutant.

Témoignage d'une vieille dame.

J'ai dit récemment à Madame Verdon que je me sentais mieux depuis qu'elle m'avait prescrit de l'aloès pour mon oesophagite.
Après réflexion, je me rends compte que si le gel d'Aloes est actif, le fait d'avoir trouvé une personne à mon écoute, à l'écoute de tous, m'a réconfortée.

Déjà, SOS Détresse en France avait répondu à mes questions, très longuement, par un courriel un dimanche soir, en me donnant les coordonnées de la radio de Mme Verdon.
Je me souviens que tout d'un coup, je n'étais plus seule, il y avait des personnes à l'écoute des autres. C'est rare de nos jours.

Depuis, j'écoute le samedi et le dimanche ou en différé les émissions santé et j'y puise les nombreux renseignements que nos médecins n'ont pas le temps de nous enseigner.
Je ne vais pas les énumérer, mais maintenant je n'utilise plus mon micro-ondes, et lorsque je ne peux pas dormir, je fais mes exercices respiratoires au lieu de prendre des pilules.
Je puise des leçons dans les histoires vraies racontées si joliment par Mme Verdon.
Entre autres, "une leçon de courage" et surtout "le voleur de biscuits", j'en ai pris plein mon grade, comme on dit....

Moi qui n'écoutais plus la radio depuis de si longues années, j'ai un réel plaisir à ne plus, certains soirs, regarder la télévision, mais écouter les nombreux conseils ou lire avec en fond, les belles musiques classiques ou musiques du monde et surtout l'heure féerique.

Je voudrais dire que ce qui m'attire le plus sur cette radio c'est la bonté que je ressens et qui manque cruellement à ce monde ; aussi malgré les kms, le Québec est pour moi très proche.


Merci!

Jacqueline Videlier


Texte de Madame Micheline Charbonneau


Madame Johanne,

Je ne peux m’empêcher d’émettre mes commentaires suite à la lecture de votre texte, votre éditorial du dernier bulletin qui ne me laisse pas indifférente :

Le cerveau peut-il nous rendre malades?
Vous êtes vraiment "maître" de l’écriture!

Dans votre texte, tout s’enchaîne à merveille dans un ordre bien précis. Le moindre détail est en évidence. La clarté de vos idées est bien présente. C’est un texte complet qui informe de tout ce qui se rattache à l’idée principale : le cerveau.


Ce texte devrait faire partie obligatoire des cours universitaires concernant le domaine de la santé sous toutes ses formes. Cet exposé sur le cerveau est instructif et porte à réflexion. Par la lecture de ce texte, on prend de plus en plus conscience des conséquences graves qui affectent la bonne santé de ce qu’on a de plus précieux : le cerveau … mais je ne veux pas entrer dans les détails. Lisez ce texte de Mme Verdon (voir bulletin 4 sur la page d'accueil de johanneverdonmedia.net) et vous verrez comme c’est triste.


Mme Johanne, il me faudrait inventer d’autres qualificatifs au dictionnaire de la langue française afin que je puisse vous rendre un hommage à la hauteur de vos nombreux talents, soient : l’écriture, l’oral, vos multiples connaissances reliées au domaine de la santé, etc, etc,.

Bravo et mercis sincères pour tout!

Une fidèle auditrice, Micheline Charbonneau

Retour à la table des matières