Chargement...
 

Sinus et bronches




Les sinus ne sont-ils pas souvent les mal-aimés des voies respiratoires supérieures, asséchés par le manque d’humidité l’hiver et irrités par la pollution et la fumée de cigarette en tout temps de l’année? Les sinus font partie des émonctoires du corps humain, c’est-à-dire qu’ils constituent une voie par laquelle le corps peut éliminer des déchets. On ne peut passer sous silence le lien entre les sinus et le foie, ce que reconnaît la naturopathie, comme la médecine chinoise d’ailleurs. Un foie qui n’arrive pas à émulsifier à cause d’une production insuffisante de bile ou à cause d’une bile de mauvaise qualité, l’ensemble des gras d’une alimentation trop lourde, une fonction hépatique de dégradation des substances toxiques déficiente devant une surcharge médicamenteuse ou encore l’utilisation abusive de contraceptifs oraux, a souvent pour conséquence une congestion des sinus ou des migraines. Ceci sans compter que lors d’un rhume ou d’une grippe, ils sont souvent mis à rude épreuve.


Récemment, les médias ont fait état du décès d’un homme qui de prime abord s’est avéré mystérieux, mais la coroner a finalement conclu qu’il était décédé bêtement, bien emmitouflé sous les couvertures, d’une consommation excessive de décongestionnants et d’expectorants pharmaceutiques qu’il s’était procuré en vente libre pour soigner une mauvaise grippe. Bien triste nouvelle! N’avait-il pas oublié la notion de « jardin »? ou peut-être ne l’avait-il jamais découverte dans son milieu familial ou par le biais d’amis initiés aux facteurs naturels de santé enseignés par la naturopathie.


On recommande en naturopathie, dans un cas de sinus et de bronches congestionnés par une grippe par exemple, des fumigations. Cela est si simple; les vapeurs de l’eau bouillante! Verser dans un bol un litre d’eau bouillante et y ajouter 1 c. à thé (5 ml) de vinaigre de cidre ou encore trois gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus ou d’huile essentielle de sapin. Placer la tête au-dessus du bol et sous une serviette et bien sûr la retirer de temps en temps, aidera beaucoup à décongestionner les voies respiratoires supérieures. Et le bon vieux bouillon de poulet dégraissé bien chaud que l’on prescrivait déjà au XIIe siècle… Or, on sait maintenant que le poulet est une bonne source de cystéine, un acide aminé naturel. Au cours de la cuisson, cette substance est libérée dans le liquide bouillant. Les propriétés de la cystéine sont semblables à celles de l’acétylcystéine, un médicament prescrit aux personnes atteintes de bronchite ou d’autres infections respiratoires. La cystéine, comme l’acétylcystéine, fluidifie les mucosités présentes dans les sinus et les bronches. On dit que, initialement, le médicament était fabriqué avec des plumes et de la peau de poulet. Le thym est aussi un excellent décongestionnant des sinus. En naturopathie, on utilise également d’excellents vaporisateurs nasaux et on vient en aide aux personnes qui souffrent de sinusites chroniques par un changement de régime, une cure de détoxication et un renforcement du système immunitaire.


Tout ça pour conclure que si, dans les cas où les sinus sont sérieusement infectés, il faut consulter un médecin et se tourner donc vers un remède allopathique, un antibiotique, faisant ainsi appel aux « Pompiers », on aurait avantages à consulter en naturopathie (les « Jardiniers ») pour prévenir ce problème des voies respiratoires supérieures ou empêcher qu’ils ne s’envenime s’il est pris à temps.



À venir dans le prochain article : Les maux de tête et les migraines, une affaire de Pompier (médecine allopathique) ou de Jardinier (médecine alternative)?


Johanne Verdon, ND.A.
Membre de l’ANAQ
Comité médiatique



Retour à la page d'accueil des conseils santé

Retour

Afficher les messages d'erreurs PHP