Chargement...
 

Dompter le dragon qui s'éveille




Les chaleurs! Elles constituent l’un des pires inconforts de la ménopause. Elles sont provoquées par une augmentation des gonadotrophines hypophysaires (FSH, LH). Une inévitable tempête s’installe alors dans le cerveau, touchant l’hypothalamus qui régule la température du corps et souvent la zone limbique du cerveau: la zone des émotions. Chez certaines femmes, la tempête est des plus torrides, provoquant des sueurs, de l’irritabilité et des palpitations.


Ce qu’il faut faire :
• Avoir une alimentation riche en isoflavones et en lignanes;
• adapter son alimentation afin qu’elle contienne des bons gras et des antioxydants à profusion comme à l’époque paléolithique, afin de favoriser dans l’organisme la fabrication des premières hormones de base: les eicosanoïdes;
• consommer des aliments riches en bore et en manganèse, qui augmentent le taux de 17 bêta-œstradiol;
• consommer des aliments à action œstrogène-like;
• ajouter à cela, si nécessaire, une supplémentation adaptée.


Ce qu’il faut éviter:
• Le café, le thé noir, le vin(1), l’alcool, les boissons gazeuses;
• les desserts très sucrés, le chocolat;
• les épices fortes;
• les stress extrêmes.


(1) Remplacer le vin par la bière désalcoolisée. Le houblon a un effet œstrogène-like. Le vin rouge et l’alcool dilatent les vaisseaux sanguins, ce qui a pour effet de provoquer encore plus de chaleurs.


Des aliments chasse-dragon


Sources d’isoflavones
Les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots rouges, haricots noirs, pois à soupe, fèves pinto, fèves de Lima...), l’huile d’olive extra-vierge, les oignons, les pommes, les raisins, la racine de kudzu.


Sources de lignanes et de métabolites des lignanes, entérolactone et entérodiol
Les graines de lin, de tournesol, de sésame, de citrouille (la plupart des graines), les céréales entières (particulièrement l’orge, le blé, le millet, l’avoine et le maïs), les canneberges, le pamplemousse, divers légumes tels que la carotte, le brocoli, le chou-fleur, l’épinard, et le thé.


Des sources de coumestans
Surtout les légumineuses, telles que les fèves de soya, les fèves de Lima (grosses) et les pois cassés. La germination augmente la richesse en coumestans des légumineuses et de la plupart des graines (particulièrement la luzerne germée, les haricots mungo germés (fèves à chop suey) et le trèfle germé).


Sources de stérols de type œstrogène-like
Les olives (de type kalamata par exemple), l’huile d’olive extra-vierge, les graines de lin, les graines de tournesol, de sésame, de citrouille, les arachides, les amandes, le soya, les divers produits à base de soya et la famille des légumineuses, l’orge mondé, le riz brun, le riz rouge (camarguais), l’avoine, le maïs, le millet, le blé, le boulghour, le blé germé, le trèfle germé, les pousses de tournesol, les haricots mungo germés, la luzerne germée, les poivrons, les tomates, les aubergines, le brocoli, le chou-fleur, les carottes, les pommes de terre, les pommes, les pommes-grenades, l’ananas, les cerises, les prunes, le pamplemousse, les framboises, les canneberges, la noix de coco, la levure, l’ail, l’origan, le cumin, le persil, le fenouil, l’anis, la sauge, la racine de réglisse.


Sources de bore
On trouve le bore principalement dans les pommes, les poires, les raisins frais et secs, les dattes, les prunes, les pêches, les avocats, les choux, les laitues vertes, les pois (crus ou à la vapeur), la luzerne, le trèfle, et la plupart des légumes verts, les amandes, les pacanes, les arachides, les noisettes, les légumineuses, particulièrement le soya, le miel non pasteurisé (le miel pasteurisé, traité par la chaleur, contient un bore plus difficile à assimiler) et l’ortie.


Sources de manganèse
Les noix, particulièrement les pacanes et les arachides, les céréales complètes, les légumes verts, les champignons, la patate douce, les dattes, les bananes, la limette, l’ananas, le jaune d’œuf, les légumineuses (surtout les fèves pinto) et le thé.


La nature met à notre portée des armes inestimables pour endormir le dragon!



Johanne Verdon, ND.A.
Membre de l’ANAQ
Auteure de « Il était une fois la ménopause », Éditions Publistar, 2003



Retour à la page d'accueil des conseils santé

Retour

Afficher les messages d'erreurs PHP