Chargement...
 

Deux tendances: celle des «jardiniers» (médecine alternative) et celle des pompiers (médecine allopathique)




N’est-ce pas là une question fondamentale qu’il est urgent de se poser? Pour certains et certaines, et ce partout sur la planète, le mot jardin… garden… giardino… garten pour les allemands… niwa pour les japonais… évoque un endroit où l’on est en harmonie avec la terre et les éléments, un endroit où l’on met en œuvre avec patience un savoir-faire, afin de récolter les végétaux et les fleurs. Il y a aussi les champs où les cultivateurs, « les intellectuels de la terre », s’activent avec courage et persévérance, afin de recevoir au centuple le fruit de leur labeur. Car la terre donne en abondance pour qui sait bien la traiter. Voilà pour une tendance. Cependant il y en a une autre. Celle-là se fout des jardins antiques autant que des toits-jardins du XXIe siècle, de la beauté des fleurs, du miracle de la vie en attente dans une graine posée en terre et de la découverte et de la fascination des humains, à l’aube de l’évolution, devant les plantes donnant des semences transportées par le vent, puis accueillies par la terre et humidifiées par l’eau, qui s’agrippent dans le sol par une poussée de racines. Cette tendance n’a rien à foutre des premiers jardins égyptiens ou des potagers sénégalais rasés par les bombes, pas plus que du courage des agriculteurs. Le jardin au sens plus restreint ou plus large… connaît pas. On ne veut rien savoir de ça. C’est la génération spontanée des aliments qui sortent d’on ne sait où. On veut surtout maintenant qu’ils soient bien embaumés et bien colorés. On les avale en vitesse. C’est la course effrénée avec l’ordi et le I-Pod. C’est très « techno ».


Dans la première tendance où fleurit la notion de jardin, donc celle de l’importance du « terrain » et des soins accordés avec patience et persévérance, s’inscrivent les médecines alternatives, certaines approches psychologiques et éducationnelles, et des personnes qui ont une vision globale de la vie et surtout qui s’accordent au fait de trouver « la cause causale » du développement des maladies, des problème psychologiques et comportementaux au sens large. Cela va aussi loin qu’une compréhension plus fondamentale de l’anarchie sociale et de la guerre, pour aider à rétablir la paix dans une communauté donnée et dans le monde. Appelons donc cette première tendance celle des JARDINIERS.


La deuxième tendance, plus « techno », qui s’est développée de façon assez effrénée depuis l’invention du microscope, ce qui a permis de découvrir « l’infiniment petit », de faire un pas de plus dans la compréhension des règles de l’hygiène et du développement des maladies, si elle a donné à l’humain, au fur et à mesure des multiples découvertes, des outils extraordinaire, elle a apporté avec elle un danger : celui de contrôler la nature, de la modifier, de ne plus être à l’écoute de ses règles, en fait de les oublier, de perdre la vision globale des choses, la notion de « terrain », l’importance de trouver « la cause causale ». On ne connaît plus alors ce langage ou on ne veut plus le connaître. Développement technologique oblige. Et ce, que ce soit dans le domaine des soins de santé, au niveau psychologique et éducationnel, interrelationnel, social ou planétaire. On se fout des conséquences et de la chute des dominos, lorsque le premier cède et fait basculer l’ensemble. Peu importe les conséquences, on s’en sortira toujours ; on a les outils et la puissance. Appelons cette deuxième tendance celle des POMPIERS.


Ces deux tendances ont leur place dans la société. Ne soyons pas extrémistes!


Nous nous attarderons dans les prochains articles à comprendre, lors de divers problèmes de santé, quel est le rôle des Jardiniers (naturopathie) et des Pompiers (médecine allopathique). Je vous invite à m’accompagner sur le sentier de la nature.



Retour à la page d'accueil des conseils santé

Retour

Afficher les messages d'erreurs PHP